• Florian Vachon : dix ans déjà !Publié le 24/05/2012

    La Classique des Alpes Juniors a déjà une belle histoire derrière elle. En effet, c'était en 1995 que l'épreuve voyait le jour et cette année c'est donc la 18ème édition qui aura lieu le samedi 2 juin prochain entre Chambéry et La Bridoire.

    Pour vous, nous avons voulu faire le point avec un des anciens vainqueurs, plus précisément celui qui a remporté l'épreuve il y a 10 ans, en 2002. Il s'agit de Florian Vachon, aujourd'hui coureur professionnel dans l'équipe Bretagne-Schuller ! Et on peut même vous montrer la photo de sa victoire !

    CdA : Bonjour Florian, ça fait maintenant exactement 10 ans que tu as remporté la Classique des Alpes Juniors. Quel est le souvenir que tu en gardes ?
    FV : C'est un très très bon souvenir, sur plusieurs points : c'était la plus grande course que je gagnais et en plus j'étais sous les couleurs de l'Equipe de France à l'époque. Donc c'est vraiment déjà un très bel exploit pour moi, j'étais fier de gagner sous les couleurs de l'Equipe de France. En plus il y avait une très belle course d'équipe : on arrive à 5 ou 6 au sprint et il y avait Mathieu Perget qui était aussi en Equipe de France. C'était la première fois que je courais vraiment en équipe et que je voyais un coureur se sacrifier pour moi. Il avait lancé le sprint, il savait que j'étais plus rapide que lui donc il s'est vraiment sacrifié et il s'était porté volontaire donc c'était en plus une joie collective !

    CdA : Tu nous l'as donc déjà un petit peu dit en disant que vous arriviez avec un petit groupe au sprint, mais si tu t'en souviens, tu peux nous rappeler comment s'est passée la course ?
    FV : J'ai quelques trous effectivement mais ... on était revenu dans la dernière montée sur l'échappée du jour. En ce qui me concerne, j'étais revenu un petit peu après les autres d'ailleurs, j'étais rentré tout seul. Ensuite on avait fait la descente vers l'arrivée sous la pluie et on s'est retrouvé en bas donc à 5 au sprint. Julien Loubet était devant mais il s'était trompé de route dans les derniers kilomètres donc du coup il n'avait pas pu disputer la gagne. Au final au sprint je suis arrivé avec un demi-vélo d'avance donc j'avais eu le temps de savourer un petit peu !

    Florian Vachon remporte la Classique des Alpes Juniors 2002
    Florian Vachon remporte la Classique des Alpes Juniors, devant Gianni Meersman, Lars Boom, Andy Schleck et Mathieu Perget

    CdA : A l'époque tu étais coureur amateur chez toi à Montluçon (et donc en Equipe de France sur cette course), depuis tu es passé pro chez Roubaix-Lille Métropole et ensuite chez Bretagne-Schuller. Ça fait du chemin parcouru depuis cette victoire, qu'est-ce qu'elle t'a apporté cette victoire ?
    FV : Déjà la confiance de l'entraîneur national de l'époque, Bernard Bourreau puisqu'après j'ai eu quelques autres sélections en juin, j'avais été dans le Luxembourg entre autres et en Allemagne. Ça m'a permis aussi de prendre confiance en moi de gagner une course sous le maillot de l'Equipe de France avec beaucoup de concurrence étrangère, il y avait des Belges et des Néerlandais avec Lars Boom, il y avait Andy Schleck. Donc ça m'a vraiment permis de prendre confiance en moi et ça m'a motivé pour la suite !

    CdA : Qu'est-ce que représentait précisément une course comme la Classique des Alpes Juniors à l'époque ?
    FV : J'en parlais justement récemment avec l'organisation : la Classique des Alpes, c'était pour nous la première fois qu'on mettait le nez dans un vrai col, un col hors catégorie, souvent on passait autour mais là c'est vraiment la seule course où on peut sortir les purs grimpeurs donc c'est important de les entretenir ces courses pour pouvoir commencer à détecter les futurs champions !
    C'est un peu comme le Tour de l'Avenir qui est aussi une très belle course parce que ça permet de voir déjà des coureurs qui sont plus amenés à faire des performances sur des courses par étapes, c'est la plus grande course qu'on peut avoir quand on est jeune, la plus longue en tout cas.

    Ce ne sont pas forcément des courses très connues du public mais il ne faut pas oublier que pour que des grandes courses existent dans 10-15 ans, il faut qu'il y ait un renouvellement de coureurs et ça passe par les jeunes et des courses pour les mettre en avant.

    CdA : Cette année c'est le COTNI, l'organisateur du Rhône Alpes Isère Tour, qui a repris l'organisation de cette course sur demande du Comité Rhône Alpes de Cyclisme FFC. Tu souhaites quoi aux personnes qui travaillent dur en ce moment pour faire un succès de cette première édition organisée par eux ?
    FV : Déjà je leur souhaite du courage et de la motivation parce que quand on reprend une course comme la Classique des Alpes Juniors il faut du courage et de la motivation. Je leur souhaite qu'ils puissent montrer à ASO qu'ils sont capables eux aussi. J'avoue que je n'ai jamais participé au Rhône Alpes Isère Tour mais j'ai quelques connaissances sur Lyon et j'en ai discuté avec les collègues de Bretagne-Schuller qui m'ont dit que c'était une très belle organisation et qu'il n'y avait pas de soucis donc comme c'est l'organisation du Rhône Alpes Isère Tour qui reprend la Classique des Alpes Juniors je me fais pas de soucis. Même si c'est pas toujours facile de reprendre une organisation et que tu es alors sous pression parce que ça ne se passe pas toujours comme on veut. Il faut toujours un petit peu anticiper et au fur et à mesure des années je pense que l'organisation du Rhône Alpes Isère Tour pourra faire encore de belles choses avec la Classique des Alpes Juniors.

    Florian Vachon remporte la Classic Loire Atlantique 2012CdA : Enfin, un dernier mot sur ton programme cette saison qui avait commencé avec des victoires à la Classique Loire-Atlantique et au Critérium International, quel est la suite pour toi ?
    FV : Oui, j'ai eu un très bon début de saison, j'avais bien bossé cet hiver donc c'était une très belle récompense parce que même s'il est vrai qu'on attendait ça, je ne m'attendais pas à gagner aussi tôt pour autant. Derrière il y a eu une grosse période, avril-mai où j'ai malheureusement pas pu trouver l'ouverture.
    Les sensations étaient pas trop mal que ça soit au Tour du Finistère ou au Tro Bro Léon ou même en Turquie au Tour de Turquie. Malheureusement c'est pas toujours quand on est en forme qu'on gagne, c'est comme ça mais ça a quand même été un très bon début de saison. Ça va être un petit peu plus tranquille là parce que malheureusement on n'a pas été invité au Dauphiné donc on aura du mal à préparer les Championnats de France. On va quand même essayer de faire un bon Championnat de France malgré le manque du Dauphiné et le fait que ça soit pas un Championnat très dur apparemment ... je n'ai pas encore été le reconnaître mais tout le monde dit que c'est assez plat et que c'est plutôt pour les sprinteurs. On verra, c'est les coureurs qui font la course donc on verra ce que ça donne et après il y a quand même encore les mois d'août/septembre/octobre qui sont assez chargés. Il y a la Coupe de France, ça reste l'objectif de l'équipe donc on va essayer de bien y figurer !

    photo victoire Florian Vachon 2002 : archives Florian Vachon
    © autres photos & article : Thomas Vergouwen / velowire.com